After, la saga phénomène

Avez-vous l’esprit de contradiction ?

Etes-vous de ces personnes qui  bouderont ostensiblement une saga planétaire, tout simplement parce qu’on leur aura trop rebattu les oreilles avec ?

J’avoue…

Je suis de ces personnes.

Et c’est précisément pourquoi je n’avais pas lu After jusqu’ici. Parce que j’en avais tellement entendu parler que j’avais fini par me dire… cette histoire n’est pas pour moi. Une histoire d’amour entre deux ados torturés avec de faux problèmes ? Très peu pour moi !

Eh bien vous savez quoi ? Bien mal m’en a pris !

J’ai commencé à m’intéresser à cette saga en regardant d’abord les films tirés du livre, avec dans le rôle de Hardin, Hero Fiennes-Tiffin et dans celui de Tessa, Josephine Langford.

Hardin Scott - Hero Fiennes-TiffinTessa Young - Josephine Langford

Et je me suis dit ok, c’est mignon. Un peu cliché. Mais j’aime bien. Tiens ! Et si je lisais les livres maintenant ?

Et là ? Vlan ! Je me suis prise une petite claque.

D’une part parce que le livre est bien plus sombre que le film et d’autre part parce que la passion des deux étudiants pour la littérature m’a touchée en plein coeur. Je me suis retrouvée dans leur amour des classiques de la littérature. J’ai fait des études de Lettres. Alors, vous voyez ? Ca a fait vibrer la bonne corde.

After

After

C’est la rencontre très improbable de Tessa, une jeune étudiante provinciale, naïve et bucheuse, avec un groupe d’étudiants marginaux aux comportement très limites (excès d’alcool, de drogue et de sexe). Hardin, l’un des membres de ce groupe, est un électron libre aussi brutal, qu’impoli et foncièrement désagréable. Ils se prennent mutuellement en grippe au premier regard. Il l’énerve avec ses airs supérieurs de voyous tatoués. Il la méprise pour ses airs effarouchés de grenouille de bénitier.

Sauf que voilà, ils ont deux points communs : ni l’un ni l’autre ne boit de l’alcool (enfin au début !) et ils adorent la littérature classique. L’un comme l’autre se destine au monde de l’édition. Et l’un comme l’autre est un petit génie des Lettres.

Ajoutez à cela une grosse grosse insécurité émotionnelle pour l’un comme pour l’autre… et vous obtenez After.

C’est passionné, passionnel, irrationnel, excessif, déraisonnable, jaloux, brutal, exclusif.

Et les références constantes aux héros romantiques par excellence que sont Elizabeth Bennet, Darcy, Catherine Earnshaw et Heathcliff m’ont fait chavirer.

Orgueil et préjugés

Vous vous rappelez quand je vous ai dit qu’ils se sont détestés au premier regard ? Eh bien ! Voilà ! Nous sommes typiquement dans le schéma d’Orgueil et préjugés.

Je vous invite à relire un de mes précédents articles sur l’oeuvre de Jane Austen. Je ne m’attarderai donc pas plus ici sur celui-ci.

Comme Darcy, Hardin ne supporte pas qu’on le rejette, en l’occurence pour ses piercings et ses tatouages. Comme Lizzy, Tessa ne tolère pas qu’on la juge, ici pour son manque d’expérience et sa naïveté.

Il s’en suivra des défis stupides, cruels et humiliants, afin de dépasser les limites de chacun.

Les Hauts de Hurle-Vent

Les Hauts de Hurle-Vent

« De quoi que soient faites nos âmes, la sienne et la mienne sont pareilles »

Quand Catherine fait cette confidence à Nelly en parlant de Heathcliff elle reconnaît à la fois son amour pour lui mais également l’impossibilité de le vivre.

Réduit en quasi esclavage dans sa propre maison alors qu’il avait été légalement adopté par l’ancien maître, Heathcliff se voit assigné aux basses besognes à tel point qu’il se retrouve dégradé tant physiquement qu’intellectuellement et émotionnellement. Catherine qui l’aime depuis toujours voit comme un sacrifice nécessaire de se détacher de lui et de chercher une meilleure alliance afin d’élever son niveau de vie. Elle espère ainsi en faire profiter son amour d’enfance en lui assurant ainsi une meilleure protection.

Mais pour Heathcliff, il en va tout autrement, il se sent ni plus ni moins trahi et rejeté. Il n’aura alors de cesse de se venger, jusqu’à éteindre la dernière lignée des Earnshaw et des Linton !

Une lecture à plusieurs niveaux

Je crois que ce qui m’a profondément séduite dans After, c’est cette lecture à plusieurs niveaux de leur histoire d’amour. La référence à ces héros classiques est magique, car c’est en reprenant la citation d’Emily Brontë que Hardin définira la véritable nature de ses sentiments pour Tessa : violents, inévitables, exclusifs.

Laetitia

Elle est coach en écriture et plus particulièrement en écriture de comédie. Elle est également romancière et scénariste. Elle écrit des comédies romantiques et des romans jeunesse d'aventures signés Elle David.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Revenir en haut de page