Les romances de campus

Quand j’ai une de mes crises “romance de campus”, je regarde et lis tous ce qui se trouve sur mon passage.

La dernière en date m’a fait dévoré Sex Education, Kissing Booth, A tous les garçons que j’ai aimés, Sierra Burgess is a loser, The Perfect date, sur Netflix.

J’ai une affection toute particulière pour les personnages types que l’on y retrouve à chaque fois : la cheerleader pimbêche, le capitaine de l’équipe de foot play-boy et les boloss qui ne manquent pas de graviter autour : les nerds, les fauchés, les intellos, les artistes, les joueurs d’échec, etc…

Une série “Love”

L’une de mes dernières découvertes en littérature sentimentale est la série en “Love” d’Alfreda Enwy.

A l’université de Duke aux U.S., l’équipe de basket masculine est la coqueluche du campus. Eren et Gosling en sont les joueurs vedette, et accessoirement les bourreaux des cœurs de ces dames. Ils ont couché avec tous le campus ou presque.

Sauf que Poppy et Johanna ne font pas partie du harem. Joueuses intrépides du derby roller, elles enflamment les salles lors de leurs matchs, mais sont étonnement discrètes sur le campus. L’une est une jeune maman travailleuse et dévouée, et l’autre a eu le cœur brisé par la trahison de sa sœur, qui s’était fait son ancien boy-friend.

Et que se passe-t-il quand deux garçons ultra populaires à qui rien ne résistent se retrouvent confronter à deux filles sensibles, combattives et pas naïves ?

Ils s’entêtent.

Eren et Gosling ne vont pas lâcher l’affaire et vont déployer tout leur charme pour les faire craquer.

Mais qui va craquer en premier ?

Ce que j’ai le plus aimé, c’est les dialogues. Ils s’envoient des piques, des vannes, des insultes. Ca va du tac-au-tac. Le jeu des SMS est enflammé !

C’est vraiment sympa à lire et les personnages ont de belles fêlures. On s’attache très vite.

La série Royal Hearts Academy (English version)

Ecrite par Ashley Jade, la trilogie des Royal Hearts Academy met en scène une fratrie de deux frères et une sœur : Jace, Cole et Bianca Covington.

Brisés par deux drames horribles qui leur ont fait perdre leur mère et leur frère Liam, tous deux suicidés, chaque membre de la famille vit une romance torturée, où les démons du passé les empêchent d’avancer.

Le poids de la culpabilité et les non-dits les détruisent littéralement. Ils ne pensent plus qu’à se venger et à faire du mal autour d’eux. Bianca est probablement la plus méchante des trois, Cole est méprisant, froid et insensible. Et Jace se consume de rage et d’impuissance de ne pas avoir su protéger ceux qu’il aime.

Dans “Ruthless Knight”, Cole passe ses nerfs sur Sawyer, la fille, intello et pieuse du groupe. Il la harcèle et l’humilie sans pitié dans tout le lycée. En fait, elle lui plaît ! Mais cette fille innocente ne mérite pas un gars aussi pourri que lui.

Sawyer est amoureuse de Cole depuis toujours, mais avec ses rondeurs et son problème de poids, elle n’a aucune chance avec le dédaigneux capitaine de l’équipe de foot, … à moins qu’un stupide pari les rapproche inopinément.

Cette série est envoûtante parce que les héros sont des vrais méchants. Et l’amour est une option qu’ils ne veulent pas s’offrir !

Laetitia

Elle a consacré ses études et une partie de sa carrière à comprendre ce qui faisait d’une histoire, une « bonne » histoire. Quelles en étaient les composantes structurelles ? Comment s’architecture un récit ? Quels sont les ingrédients indispensables ? De l’idée à la rédaction, elle a mis au point une méthode d’écriture qui s’appuie sur des approches scénaristiques anglo-saxonnes, sur un marketing d’auteur 3.0 et sur des outils de coaching empruntés aux neurosciences. Avec ce procédé, elle offre aux auteurs l’opportunité d’écrire la « meilleure » histoire de leur vie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut de page